Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 14:15
L'opération consiste à enlever et remplacer les 300kg de sable que contient cette cuve située au fond du sous sol de notre maison.
 
Notre piscine a été construite en 2011 par la société APA 37. C'est donc à la société APA 37 que nous avons demandé de réaliser cette opération sûrement compliquée car APA 37 a prévu 5 heures de travail d'un technicien au taux horaire de 87,55 € TTC soit nettement supérieur à mécanicien auto : 72 € TTC.
Cette opération a eu lieu le 30 avril 2020. Le technicien que nous a envoyé APA 37 n'avait probablement jamais fait ce travail. L'intervention a été désastreuse et après 3h45 de présence, nous avons libéré le technicien d'APA37 et préféré faire le nettoyage nous mêmes ce qui a pris une heure. Après avoir communiqué à la société APA37, un compte rendu du travail de leur employé et ce qui écrit ci dessous, la société APA 37 nous a répondu être désolée et adressé une facture avec 4 heures de main d’œuvre.........
PROCEDURE

Fermer toutes les vannes en liaison avec le filtre.

Mettre un bac sous le bouchon de vidange dans lequel est posée une pompe reliée à un tuyau d'arrosage pour amener l'eau vers l'extérieur. Pour info bac 70x38x16 et pompe OASE de bassin

Facultatif mais pratique : prévoir l'alimentation de la pompe via un interrupteur pour pouvoir la couper si son débit est plus important que le remplissage du bac.

Enlever le bouchon de vidange. Il est possible qu'il faut un appel d'air pour que l'eau s'écoule. Dans ce cas, après avoir confectionné une gouttière et placer un récipient à la verticale, desserrer les 2 écrous de la vanne du filtre.

Mettre en route la vidange du bac.

Au bout de 5 mn, mettre la vanne du filtre sur "égout" et quelques temps après, dévisser l'écrou de la sortie "égout". Normalement, les 3 tuyaux reliés au filtre sont purgés.

 

 

Enlever la vanne du filtre. Au départ de l'enlèvement du sable, le passage (flèche rouge) étant étroit < 8 cm, il faut utiliser un récipient style mesure lait mais après le tuyau peut bouger pour, au fur et à mesure, laisser passer le gobelet e puis le d. Le récipient b est posé sur le dessus du filtre pour y vider le sable sorti. Quand celui-ci est plein, le vider dans un des 4 bidons a posés sur un chariot "roule tout". Quand ceux ci sont pleins, les sortir à l'extérieur pour les vider. APA 37 facture en plus lévacuation

 

 

       

De temps en temps, tirer sans forcer sur le tuyau central jusqu'au moment où il va se dégager du sable. Replier les bras crépines à la verticale pour sortir l'ensemble de la cuve qui sera passer au jet d'eau avant réintroduction.

A ce moment, l'extraction du sable est plus rapide car on peut prendre le récipient c. Quand celui-ci ne peut plus être utile, sortir le bac collecteur d'eau du local pour mettre une bâche au sol. Une fois celle-ci en place, retourner la cuve pour faire sortir le peu de sable qui reste. Passer l'aspirateur avant de la redresser et évacuer la bâche.

Repositionner la cuve suivant les instructions de la notice d'installation.

La cuve en place, la remplir des 300kg de sable. Avant de remettre la vanne en place bien essuyer les joints, veiller à enlever le moindre grain de sable puis mettre de la graisse silicone sur les joints et leur portée ainsi que sur les filetages PVC.

CONCLUSION

C'est un travail, qu'à l'avenir, je ferai moi-même en 3 heures.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 12:45

04 mai 2020

Affût de 18h20 à 19h35 comme souvent, c'est la mésange bleue qui commence la baignade

suivi d'un mâle merle noir

suivi d'une femelle fauvette à tête noire

puis pouillot véloce

chardonneret élégant

mésange nonnette

et pour terminer le rougegorge

26 avril 2020
Il fait chaud cet après midi en Touraine. Vers 17h00, je décide de me confiner deux heures dans mon l'affût pour déterminer les espèces d'oiseaux qui viennent

La règle générale veut que ce soient les mésanges qui commencent. C'est ce qui se produit et elles y vont gaiement

un mâle de fauvette à tête noire vient assister à la baignade

alors qu'elle a pris sa place, c'est un rouge-gorge qui vient le regarder

puis ce sera le tour d'un pouillot véloce

Ce jour, nous avions cru entendre le chant d'un rougequeue à front blanc. Nous étions capable de reconnaître ce chant car l'an passé, nous l'avons comme occupant ayant fourni une portée dans un de nos nichoirs et ce, pour la première fois depuis notre arrivée en 2010. Effectivement, le lendemain matin, nous avons vu ce mâle chanter à l'entrée des nichoirs inoccupés et l'après midi à différents endroits. 

chantant à la crête du toit en attendant la femelle........

Partager cet article
Repost0
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 07:14

La surveillance de la nichée de grive draine étant terminée et les oiseaux protégés par la végétation, je dois me contenter de capter ce qui se passe dans le jardin surtout au niveau de la mare

Tout d'abord ces insectes que je j'ai vu pour la première fois. Il y en avait une trentaine sur une roche

Une grenouille verte se met à fréquenter régulièrement la mare.

des agrions délicats

et les larves de libellule sortent de l'eau pour se transformer en insecte volant

Nous avons eu la surprise de ce pic épeiche femelle dans cette mangeoire vide. Nous n'avions jamais vu cette espèce aux mangeoires l'hiver alors qu'un couple vient régulièrement aux boules de gras mises dans un arbre. (photo prise de l'intérieur de la maison)

Espérant photographier un coucou, je suis allé dans les vignes au dessus de la maison et à défaut de coucou, j'ai eu de chance de prendre ce traquet motteux en passage de migration

et j'ai été attiré par des taches de couleur qui émergeaient d'un champ en jachère.

C'est des concentrations d'orchidées orchis bouffon

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2020 1 13 /04 /avril /2020 08:14

12 avril 2020

Dimanche de Pâques. Il fait très beau ce matin lorsque je m'installe dans la maison pour continuer de surveiller l'évolution de la nichée de grive draine. Comme nous étions confinés, j'en ai profité pour noter sur mon téléphone par l'intermédiaire de l'application NaturaList toutes les espèces d'oiseaux que j'ai regardées aux jumelles ou entendues.

Bilan: 28. C'est le plus grand nombre d'espèces recensées en une journée depuis notre arrivée en 2010

J'ai donc commencé à 8h30 par prendre quelques photos sur le nourrissage des oisillons. Ils dressent la tête dès qu'ils aperçoivent un parent.

Il est rare qu'ils viennent ensemble. En règle générale, l'un est en quête de nourriture pendant l'autre est soit au nid soit très proche du nid pour guetter l'apparition d'un éventuel prédateur.

Ils en profitent pour repartir avec les sacs fécaux  dans leur bec.

A un moment, j'ai pu détourner la longue vue pour prendre ce bruant zizi

Voici la liste des espèces vues posées :

mésange charbonnière, mésange bleue, rouge gorge, chardonneret, pinson des arbres, merle noir, bruant zizi, verdier, moineau domestique, fauvette à tête noire, pic épeiche, pigeon ramier, geai des chênes, pouillot véloce, serin cini, rouge queue noir, bergeronnette grise, corneille, pie, grive draine, coucou

Celles  que j’ai uniquement entendues : faisan, huppe fasciée, pic vert, troglodyte

Celles que j’ai vues en vol: un couple de canards colvert, 4 buses variables qui ont cerclées ensemble, faucon crécerelle

L'après midi est plus calme mais à partir de 17h00, les oiseaux viennent se rafraîchir à la cascade la grive draine  en fait partie

ainsi que ce mâle serin cini

Il est 18h30. Après avoir délaissé les oisillons une bonne partie de l'après, de nouveau nourrissage. C'est l'occasion de s'apercevoir que les oisillons sortent du nid et commencent à battre des ailes. Il va falloir que je soit vigilant dans les jours à venir car l'envol ne va pas tarder.

Le temps d'écrire cet article le lundi matin lorsqu'à 11h30, je suis retourné à mes observations, j'ai juste eu le temps de constater le départ du nid de cet oisillon

Je l'ai vu sauter dans le vide. Après un rapide coup d’œil, il n'en reste plus que 2 au nid. Je suis allé au pied du chêne sans pouvoir trouver trace des 3 oisillons. Le lendemain, après avoir assisté à ce nourrissage, j'ai cru pouvoir m'absenter mais ce fut une erreur car à 10h00 le nid était vide.

La dernière photo à 9h30 le mardi 14 avril 2020.

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2020 3 08 /04 /avril /2020 09:02

Évolution de la couvée de grive draine

03 avril- Ce jour, après avoir eu un doute deux jours avant, nous avons la certitude que les œufs ont éclos puisque les parents reviennent au nid le bec rempli de chenilles. Le nourrissage a lieu plusieurs fois dans la journée débutant vers 7h30 avec des allers retours qui ne cessent que quand les jeunes sont repus.

repas 12h00

repas 15h45

repas 16h30

Il en est ainsi jusqu'au dimanche 05 avril. Ce jour là, nous sommes étonnés de constater que l'activité n'est pas la même que les 2 jours précédents. Nous avons certes aperçus les parents tôt le matin mais vers midi quand j'ai fait ces photos de l'emplacement du nid

les adultes ne se sont pas manifestés. Comme il fait très beau, l'après midi nous nous installons dehors. Nous sommes inquiets : aucun signe de vie. Nous ne voyons plus les têtes des jeunes et les adultes semblent avoir quitter le secteur. Cela nous évoque un mauvais souvenir : voici ce que nous avions découverts au même endroit en 2016 : œufs brisés.

Aussi à 19h00, je prends la décision de prendre une échelle pour voir l'état de la situation. Je vois 5 petits qui ne réagissent absolument pas à mon approche mais qui sont encore en vie.

Nous sommes dépités car aucun signe des adultes quand à la tombée de la nuit apparaît la silhouette d'un adulte qui fait se redresser les petits. Le lendemain matin, il pleut mais un adulte est sur le nid protégeant les jeunes pendant que l'autre.

07 avril      Soyez rassurés. La pluie de la veille a fait ressortir les vers de terre et c'est avec le bec rempli de 3-4 vers que les adultes reviennent au nid.

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2020 7 29 /03 /mars /2020 09:11
29 mars 2020
Mardi, j'ai lancé un appel à tous les habitants de ma commune (dont j'avais l'adresse mail) à m'aider à noter le retour de migration des oiseaux. Voici ce que j'ai pu noté sur faune touraine grâce à ceux qui m'ont gentiment répondu : vu une hirondelle et entendu coucou et œdicnème.
Pour ma part, mes observations de vendredi ont été :
1 Rougequeue noir, 1 Rougegorge familier, 1 Pic épeiche, 2 Moineaux domestiques, 2 Mésanges charbonnières, 4 Mésanges bleues, 1 Merle noir, 2 Grives draines nicheuses, 1 Geai des chênes, 2 Fauvettes à tête noire, 5 Chardonnerets élégants, 2 Bruants zizis nicheurs, 2 Perdrix rouges et 1 Épervier d'Europe
Les autres jours, j'ai pu voir d'autres espèces :
accenteur mouchet, mésange à longue queue, faucon crécerelle, pouillot véloce, pigeon ramier, corneille.
A toute les personnes qui me liront un conseil :
ce qui nous arrive est un moment tragique qui nous l’espérons tous ne se reproduira plus alors profitons-en pour observer la nature. Apprenez avec vos enfants à découvrir les oiseaux et jouez avec eux à  reconnaître leur chant .
C'est ainsi que nous avons vu deux couples de mésanges bleues fréquenter nos nichoirs et découvert en regardant par la fenêtre de notre cuisine
dans la haie de thuyas, un couple de bruants zizis y pénétrant avec des brindilles dans leur bec et dans le chêne, indiqué par la flèche, un couple de grives draines en couvaison.
Comment j'ai réalisé ces photos le nid étant à plus de 20 mètres ?
C'est à partir de cet équipement.
que jusqu'à présent, je n'avais pas pu tester. Mon boîtier photo CANON, équipé d'un adaptateur spécifique, est monté sur ma longue vue. Pour remédier au changement du centre de gravité pour le montage sur le trépied entre soit la longue vue seule soit celle-ci équipée pour la photo, j'ai fixé sur la longue vue une plaque en aluminium comportant 2 platines décalées de 75 mm ( de ma fabrication ). Par ailleurs, je télécommande mon boîtier photo par liaison WiFi à partir soit de mon smartphone soit de ma tablette. La mise au point est réalisée à partir de la molette de la longue vue. Gros avantage : si je surveille en direct, le miroir du boîtier est relevé ce qui évite tout tremblement lors du déclenchement.
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
20 juin 2019 4 20 /06 /juin /2019 08:01

Le mardi 10/07/2018, en tant que bénévole à la Ligue de Protection de Oiseaux Touraine , je me suis rendu rue Maryse Bastié à Ballan Miré (37510 ) suite à un appel d'une adhérente  LPO qui était inquiète sur le devenir de la colonie de martinets suite aux travaux d'isolation de façade menés par Val Touraine Habitat.

Sur place, un salarié et un service civique LPO m'attendaient. Ensemble, nous avons montré au responsable VTH du chantier qu'effectivement beaucoup de martinets tournoyaient dans le ciel. Nous lui avons précisé les actions à mener dans le cadre de la convention liant VTH et la LPO. A savoir, tous les accès sous toiture ayant été obturés, il fallait en compensation poser des nichoirs afin de maintenir cette colonie sur site. Le responsable étant favorable à cette solution, il a passé commande de 32 nichoirs auprès de.la boutique LPO

Le 15 mars 2019, celle-ci n'étant pas en mesure de les fournir, j'ai consulté le site de mes amis de sosmartinets pour avoir un plan de nichoir spécifique. J'ai trouvé ce plan qui permet de réaliser 8 nichoirs à partir d'une planche de contreplaqué standard.

Bien que possédant une machine à bois, pour gagner du temps, j'ai fait débité les 4 planches nécessaires aux 32 nichoirs par le magasin qui me les a fournies. Je n'ai eu qu'à faire les flancs avec découpes à 135°  et l'ouverture d'entrée à la défonceuse.

 

 

Avec l'aide du mari d'une bénévole, nous les avons montés au plus vite. Le 22 mars, ils étaient à la disposition de l'entreprise europeinture37 chargée de les peindre et de les poser.

Selon le plan d'implantation LPO validé par le responsable chantier, tous les nichoirs ont été posés avant la fin du mois d'avril. Ci dessous, le bâtiment 18.

Malheureusement comme je n'ai pas pu rencontrer la personne en charge de la pose, les consignes suivantes n'ont pas été respectées.

1-la largeur a été prévue pour qu'ils soient montés entre les chevrons et le plus possible, comme ci-dessous.

Le cas ci dessous favorise la nidification de moineaux domestiques entre le toit et la gouttière.

2- j'ai réalisé autant de nichoirs à entrée à droite qu'à entrée à gauche, il fallait que, montés proches l'un de l'autre, leurs entrées ne soient pas côte à côte comme ci-dessus.

Aucune de ces conditions, pour la pose ci dessous. Probabilité qu'un seul nichoir ne soit employé et possible nid de moineaux.

Cette photo a été prise le matin du 13 juin 2019, jour où j'ai constaté qu'au minimum 5 nichoirs étaient employés et ce jour là

au nombre de martinets tournoyant dans le ciel,

il est certain que la colonie a été sauvegardée

 

a

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 16:49

Cette année, mon chemin a croisé le vol de certains rapaces que j'ai eu la chance  de prendre en photo ce qui n'est pas toujours évident n'ayant pratiquement pas le temps de bien régler l'appareil. En mars, comme depuis quelques années, nous avons la visite d'un épervier qui, quand il a manqué un passereau qui profitait des mangeoires, prend un bain à la cascade puis se sèche.

Puis, non loin de nous, ce busard cendré au dessus d'un champ de blé.

Après l'avoir pris à la Martinique en février, c'est sur les bords de la Loire à Rigny-Ussé, que j'ai revu le balbuzard pêcheur.

mais pas pris  en action de pêche comme l'an passé.

Le 09/09, nous étions à la baie de l'Aiguillon pour observer la migration et un circaète Jean le Blanc est venu droit vers nous.

Souvent au dessus de la maison cerclent des buses variables

et le faucon crécerelle est très commun

merci à Géraldine, qui tient un gîte sur la commune, grâce à laquelle j'ai pu photographier cette chevêche d'athéna

Cette chouette hulotte m'a été confiée après avoir été soignée par l'association sauve qui plume pour que je la remette en liberté.

Nous avons quelques couples de milans noirs nicheurs en Indre et Loire

par contre, le milan royal n'est que de passage,

Cette photo prise en Corse en 2010 montre les deux noir au dessus d'un royal

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2018 2 27 /03 /mars /2018 13:34

Visite de la Martinique du 04 au 28 février 2018

Avec un couple d'amis, nous avions pris une location au domaine de Belfond à Sainte Anne située dans l'extrême Sud. En janvier, j'avais contacté par mail l'office de tourisme local et diverses associations naturalistes pour connaître les balades nature qui pourraient nous être proposées. Pour l'office de tourisme, j'ai eu la réponse sur place. Celui-ci est fermé depuis les dernières élections municipales et pour les associations, j'ignore la raison pour laquelle je n'ai eu aucun signe de vie surtout de la part des personnes dépendant des Parcs Naturels Régionaux !!!!!!!

Je me suis donc débrouillé pour observer quelques oiseaux d'autant que la saison n'était pas la plus propice, les oiseaux venant nicher plus tard. De plus, pensant que je pourrai trouver sur place, je suis parti sans document or je n'ai pu trouvé ce guide qu'en fin de séjour lors de la visite de Fort de France. 

Sur la terrasse de la location car il y avait une mangeoire particulière imitant la fleur d'hibiscus et dans laquelle nous versions du sirop de sucre de canne pour le plus grand bonheur des colibris. Inconvénient, qui a fait que je n'ai réussi que peu de photos : j'étais en contre-jour.

colibri huppé

 

colibri huppé

 

 

5 à 6 espèces sont venues régulièrement aux abords de la terrasse

colibri falle vert

le quiscarle merle femelle

colibri falle vert

le quiscarle merle mâle

sucrier à ventre jaune

sporophile rouge gorge

 

Je suis allé souvent à l'étang des Salines situé au Sud de Ste Anne sur lequel est aménagé une passerelle reliant 2 observatoires où aux lagunes qui bordent la mer des Caraïbes (points rouges-1/2h de marche). J'étais sur place dès 8h00.
Lagune Nord, j'ai la chance d'apercevoir ce héron vert. Je m'en suis approché à 5 mètres à la limite de rester dans le cadre de la photo (zoom 420mm).
Il est resté ainsi figé pendant 1/4 heure et moi attendant qu'il bouge. Lassé, j'ai suivi cette aigrette bleue qui est apparue dans une trouée de la végétation.
Mais celle-ci farouche s'est vite éloignée alors je suis revenu au héron vert. Celui-ci s'est envolé dès qu'il m'a vu et j'ai compris en voyant un poisson dans son bec la raison de son affût.
également, ces chevaliers criard ( à gauche) et grivelé ( à droite )

 

 

au bord de la mer, sur les rochers, deux huitriers pie d'Amérique

dans la lagune Sud, je n'ai pu prendre que cette aigrette bleue

Mes plus belles observations ont eu lieu le 19 février, à l'étang avec10 espèces

1- la grande aigrette, inapprochable en métropole

2- l'aigrette neigeuse, plus petite

 

 

 

3- bécasseau minuscule (taille 12,5 à 16,5 cm)

4- bécasseau sanderling (taille 18 à 22 cm)
5- bécasseau d'Alaska (taille 15 à 18 cm)

6- bécasseau cocorli (taille 18 à 23 cm)

l'observation de celui-ci étant exceptionnelle et rarissime pour la Martinique.

7- gravelot semipalmé (taille 18,5 cm)

8- tourne pierre à collier (taille 14 à 15 cm)

9-  héron vert

Au final, un groupe de 3 balbuzards pêcheurs

espèce que j'avais vue 2 jours avant à Grand Rivière, à l'extrême Nord au dessus de l'océan Atlantique.

Quelques balades pédestres autour de notre gite m'ont permises de voir des espèces communes sur toute l'île comme cette tourterelle à queue carrée

ce tyran gris

quiscarle merle

beaucoup d'hérons garde boeufs

 

 

sporophile cici

Nous avons fait plusieurs balades en bateau ce qui a été l'occasion de voir des oiseaux plus maritimes comme ces pélicans à la Pointe du Bout des Trois Ilets

alors que nous étions à bord d'un catamaran nous emmenant faire le tour de l'île du Diamant.

Ile que les oiseaux commençaient à prendre possession pour nicher aussi j'ai profité du spectacle d'autant que le tangage du catamaran, sur lequel nous étions, m'empêchait de faire une mise au point nette. Par contre, en s'éloignant, la mer était moins agitée comme le montre ces photos de fous bruns

et survolant le catamaran, une sterne royale

mais pas la plus grande, celle-ci étant cette frégate dite superbe

À partir de Cap Chevalier dans l’extrême sud de l’île, nous avons fait une balade en bateau qui nous permit de constater qu'aucun oiseau survolait les quatre îlets classés Réserve Ornithologique.

Je termine ce récit par la visite de l'incontournable jardin botanique de Balata où je n'ai noté que la présence d'oiseaux qu'autour des mangeoires mises à l'entrée tel ce colibri madère

Dans ce jardin, j'ai eu de la chance de voir cette petite colonie de chauve souris 

mais pas de papillons. Le peu que j'ai vus au cours du séjour, vu l'absence de fleurs en cette saison, d'ailleurs confirmée dans ce jardin, ne se posaient que très rarement.

 

 

 

 

 

 

Combien de temps avant que cette superbe chenille de 10cm n'en devienne un ?

car je doute qu'elle fasse le repas de cette grenouille

ou de ces lézards

 

 

 

et elle ne devrait pas avoir l'occasion de croiser le chemin des crabes des mangroves
FIN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2018 1 12 /03 /mars /2018 10:12

Samedi 10 mars 2018

Il est 20h00 quand Eric, animateur nature, avec lequel nous faisons beaucoup de sorties, nous appelle pour savoir si nous serions prêts à l'accompagner pour une balade nocturne.  A savoir que c'est l'époque où les batraciens se dirigent vers les points d'eau pour se reproduire. Il a plu en début de soirée, la température est idéale donc ce sont des conditions idéales pour eux. De plus pour nous, la pluie s'est arrêtée.

Nous n'avons pas regretté d'être monté dans sa voiture à 21h00 pour un périple en bordure de la forêt d'Amboise. Nous venons de faire 200m que déjà au milieu de la route, un minuscule crapaud commun donc un premier arrêt pour le mettre en sécurité sur le bas côté. Ce sera le cas pour 75%  de nos découvertes. La chance a été de notre côté car, au cours de la soirée, nous n'avons jamais été croisé ou dépassé par d'autres véhicules ce qui nous a permis de prendre les photos pour rédiger cet article.

Nous roulons à 20km/h attentifs quand Eric s'exclame :"pas possible un triton marbré" au milieu de la chaussée. Il descend de la voiture et après s'être humidifié les mains ( précaution indispensable avant de manipuler un batracien quel qu'il soit), il nous le présente. Très beau spécimen de 14-15 cm.

Notre soirée ne pouvait pas mieux commencer et cela s'est confirmé par la suite. Nos arrêts se sont multipliés. Beaucoup de crapauds notamment sur les bords et dans l'eau d'un étang

parfois accouplés comme cette femelle portant sur son dos un mâle.

Nous verrons une quinzaine de salamandres aux dessins les plus variés.

 

 

 

 

quelques rainettes vertes

une bonne vingtaine de grenouilles agiles repérables par leurs sauts répétés

Quelques tritons palmés difficiles à repérer sur la route tellement ils ressemblent à des brindilles par leur petite taille environ 5cm et leur couleur brune.

Finalement, la grenouille verte qui est la plus commune, nous n'en avons vu que 3

Après 3 heures de recherche, nous sommes rentrés par la départementale 61 et au niveau de l'étang de l'Herpinière malheureusement nous avons constaté combien étaient mortelles les routes au vu des amphibiens écrasés. Pas de photo .....

Pour terminer sur une note optimiste, petit coup d’œil le lendemain sur notre mare pour constater 6 essaims de ponte de grenouilles agiles.

 

Partager cet article
Repost0